Focus #1: Retour sur la 4eme édition de la Semaine Africaine de la Microfinance à Ouagadougou (2019)




S’il fallait en une seule phrase résumer cette 4e édition, ce serait : « A la recherche de la force Transformatrice de la Microfinance ». Cette force transformatrice puise son énergie et tout son sens dans les 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies pour 2030 : Pas de Pauvreté, Faim « zéro », Egalité entre les sexes…


La SAM est un rendez-vous particulier, qui rassemble au même endroit plusieurs événements : un lieu de pèlerinage, une magnifique école professionnelle, un point de rencontre exceptionnel et hétérogène.


  • Un lieu de pèlerinage : car on s'y rend, recherchant un sens à ses objectifs professionnels, que l’on soit investisseur, IMF, régulateur, consultant…

  • Une magnifique école professionnelle : un vrai lieu d’observation, d’apprentissage et d’échanges

  • Un lieu de rencontre exceptionnel et hétérogène : étaient présents l'ADA (Appui au Développement Autonome), différents représentants des Nations Unis, le secrétaire d’Etat à la Microfinance du Burkina, des investisseurs, le PDG de Confina, des responsables des IMF...

L'expérience de la SAM a été unique. Nous avons pu rencontrer autant de personnes influentes, inspirantes, motivantes et encourageantes. Et ce fut très bénéfique de pouvoir échanger avec chacun d'eux, en toute simplicité.


Les problématiques abordées étaient vastes et complexes. Chacune mérite une attention profonde, mais surtout des actions concrètes. L'ampleur des enjeux peut impressionner, mais pour faire avancer les choses, rien de mieux que de commencer par poser un premier pas. En attendant la prochaine édition, chacun fait son "colibri", car des petites choses naissent les grandes.


Valauris Consulting France et Valauris Consulting Africa feront tout leur possible pour apporter leur contribution à ces différentes thématiques. C’est notre « engagement à agir » à l’issue de cette SAM.


Les thématiques qui nous ont interpellés et qui seront au cœur de notre réflexion prochainement sont entre autres :

·      IMF : Digitalise or die ?

·      Stratégie digitale « Tech and Touch »

·      La cartographie des risques de la digitalisation

·      L’éducation financière des utilisateurs de IMF

·      Les chatbots d’apprentissage au service du secteur informel

·      Le montage des dossiers de financement des IMF

·      L’accompagnement de demande d’agreement des IMF et SFD

·      Fintechs vs IMF & SFD : Alliance ou éternelle défiance

·      La réglementation de la monnaie électronique : source de contraintes ou d’opportunités

·      Formation aux concepts : RTGS, Interopérabilité, …


Puissent les formations, ateliers réalisés et autres foires aux investisseurs avoir permis aux participants d’avoir tiré le meilleur de ce rendez-vous incontournable et trouvé les éléments permettant de donner à la microfinance l’impact qu’elle mérite et d’accélérer sa force transformatrice.


Pour les prochaines éditions, pourquoi pas penser à l'Afrique Centrale ? Et poruquoi pas le Congo Brazzaville ?



Yvon GATSONO